Université du Québec à Montréal | École des médias

Mondialisation économique et globalisation culturelle

L’idée de la «mondialisation» apparaît au début du siècle, dans l’esprit humaniste des Jeux olympiques et dans l’espoir d’éviter les grands conflits mondiaux. Mais c’est surtout au courant des années 1990, avec l’accélération des transports et des communications, des échanges économiques et des flux migratoires que le terme s’impose pour décrire les rapports qui s’établissent entre les pays du monde. 

Aujourd’hui, le protectionnisme et le nationalisme semblent reprendre force en occident, alors que l’Asie acquiert une importance considérable en matière de commerce mondial, étant aussi la source de vastes phénomènes culturels. 

« La première mondialisation, qui s’étend du milieu du XIXe siècle à la veille de la Première Guerre mondiale, fait suite à deux siècles durant lesquels le commerce international est soit inexistant […], soit assujetti aux approches mercantilistes, dans lesquelles il est conçu comme une arme de guerre. Il s’agit de dégager un surplus commercial générateur de recettes en or qui permettent de financer des guerres. Ces guerres, à leur tour, permettent d’augmenter le surplus commercial en forçant les régions dominées à acheter les produits exportés par les puissances européennes. En somme, le commerce concrétise le lien entre le pouvoir et la richesse […] »

1812

Alors que le capitalisme industriel se développe rapidement en Europe occidentale et au Nord des Amériques, les Empires coloniaux prennent progressivement de l’expansion un peu partout autour du monde. Seul l’empire d’Espagne, à son apogée, périclite tranquillement. Le reste de l’Europe s’approprie progressivement d’importants territoires en Afrique et en Asie, alors que les Amériques acquièrent progressivement leurs indépendances. Le Canada est le dernier État des Amériques à devenir indépendant de sa métropole en 1929.

1898-1914

Au début du XXe siècle, le monde est à peu près entièrement partagé entre les grandes nations européennes. En Amérique, une poignée d’États demeurent liés à leur métropole ; l’Afrique est arbitrairement partagée entre les Européens, avec un net avantage aux britanniques. Après la Grande Guerre, la Société des nations est créée pour favoriser les relations diplomatiques entre les «nations» européennes et leurs emprises partout autour du monde.

1959 - 2007

Après la Seconde Guerre mondiale, les anciennes colonies acquièrent peu à peu leur indépendance de leurs métropoles. Le modèle de l’État-nation s’impose comme division géo-politique mondiale malgré que le découpage des territoires nationaux ne tiennent pas toujours compte de l’histoire et de la répartition des différentes cultures ou ethnies. Le contexte de la Guerre froide fait dominer une conception du monde divisé entre nations capitalistes, bloc communiste et le tiers-monde, principalement des pays pauvres. De nouvelles institutions internationales voient le jour afin de créer des espaces de concertation juridiques et politiques. Les Jeux Olympiques, les grandes compétitions sportives comme la Coupe du monde de la FIFA et les Expositions universelles contribuent également à encourager les échanges pacifiques entre les nations.

impérialisme américain

Dans les années 1960, l’influence politique, économique, militaire et culturelle des États-Unis sur le monde «libre» est telle qu’on parle d’«impérialisme américain» pour décrire le pouvoir mondial de «l’Amérique».

Pourtant, les États communistes et socialistes résistent tant bien que mal à cette influence jusqu’à la chute progressive des régimes communistes. Les années 1990 font alors place à un enthousiasme renouvelé pour la mondialisation, les États-Unis étant à l’apogée de cet impérialisme.

différents aspects de la mondialisation

politique / juridique

La première phase de la mondialisation est d’ordre politique et juridique avec la création d’organismes et événements supra-étatiques (ONU, Unesco, OTAN, OMS, Sommet de Davos, COP, etc.).

Parallèlement, des institutions juridiques comme des Cours internationales, ou régulatrices comme les agence de cotation, prennent de plus en plus de place dans l’arbitrage et l’application des accords et traités internationaux.

économique

La mondialisation économique a pour principal effet de mettre en place un marché transnational d’échange de biens.

Jamais le commerce international (plus ancienne forme d’échange internationaux) n’a été aussi facilité entre les différents endroits de la planète, notamment avec l’accélération et la couverture étendue du transport et des communications.

Cette ouverture des marchés entraîne une division internationale du travail, favorisant la délocalisation des entreprises et des industries.

En permettant la circulation mondiale des capitaux (argent licite ou illicite, titres de propriété, évitement fiscal, contournement des lois), la mondialisation financière est l’une des plus récentes phases de cette mondialisation de l’économie.

culturelle

La mondialisation culturelle, la globalisation, serait celle d’un système-monde du savoir et de la culture, permettant l’échange de connaissances et d’information à l’échelle mondiale.

Ce système tendrait à se développer autour de certains axes comme la place prépondérante de l’anglais dans les échanges et la domination d’une culture de l’entertainment, la marchandisation du divertissement, nourrissant une obsession de la consommation qui serait la seule chose unifiant réellement la planète.

une terminologie
pour
préciser le tout

internationalisation

L’internationalisation réfère aux échanges de diverses natures (économiques, politiques, culturels), entre nations et aux relations qui en résultent (pacifiques ou conflictuelles, de complémentarité ou de concurrence). (Rocher, 2001)

Mondialisation

La mondialisation évoque l’extension des relations et des échanges internationaux et transnationaux à l’échelle du monde, conséquence de la rapidité toujours croissante des transports et des communications (Rocher, 2001)

globalisation

La globalisation ferait référence à l’émergence d’un « système-monde », au-delà des relations internationales, de la mondialisation. (Rocher, 2001)

Occupe une fonction idéologique « dans la gestion symbolique de l’ordre social et productif porté par le capitalisme mondial intégré. » (Mattelart, 2000)

« À marché global, culture globale. Dans « The Globalization of Markets », […], Theodore Levitt, professeur à Harvard Business School […], livre en 1983 les prémices de ce nouvel âge qui ambitionne de chambouler toutes les frontières : les différences imputables à la diversité des cultures, des normes et des structures s’ effaçant, la convergence pousse le marché vers une communauté globale. Partout sur la planète, les désirs et les comportements individuels tendent à évoluer de façon mimétique, qu’il s’agisse de boissons gazeuses, de micro-processeurs, de jeans, de pizzas, de produits de beauté, de machines à fraiser, de films ou de programmes. »

« L’idée de culture globale prend appui sur la capitalisation des références et des symboles culturels universellement reconnus. S’il y a convergence culturelle des consommateurs ou confluence des attitudes et des comportements vers un « style de vie global », c’est parce qu’il y a eu auparavant les investissements en « éducation du consommateur » distillées au fil des années par les films et les programmes, plus spécialement ceux des États-Unis, « supporteurs naturels d’universalité. […] » Les tenants de cette conception de la globalisation notent toutefois que : « Le facteur le plus important dans l’accélération du développement d’un style de vie global unique (single global lifestyle) reste la langue anglaise, agent d’homogénéisation par excellence, qui s’est imposée comme langue universelle. » »

« Les théories de la mondialisation culturelle vont d’abord marquer une rupture majeure par le nouveau regard qu’elles portent sur le système capitaliste mondial et, partant, sur le système transnational des médias. À partir de la fin des années 1980, ce système transnational, loin d’être présenté, comme il peut l’être encore au début de cette décennie dans les travaux de l’économie politique critique, comme véhiculant des logiques d’uniformisation culturelle, va en effet être de plus en plus représenté comme engendrant de la diversité culturelle, même si c’est sous l’enseigne de la marchandisation.

À l’origine de cette rupture, il y a un ouvrage publié en 1989 par le géographe britannique David Harvey, The Condition of Postmodernity. L’hypothèse centrale que formule l’auteur est que les mutations que connaît le système capitaliste mondial depuis le choc pétrolier de 1973 ont eu d’importantes répercussions sur la condition culturelle contemporaine (Harvey, 1989).

Au régime d’accumulation « fordiste », multinational, marqué par une production et une consommation de masse, succède, avance-t-il, un régime d’accumulation « flexible », plus global. Le système de production de ce régime d’accumulation flexible étant caractérisé comme davantage générateur d’innovations, comme capable d’épouser la segmentation des marchés ou les attentes spécifiques des consommateurs et de répondre au caractère plus éphémère des modes. »

régimes d'accumulation du capitalisme avancé

Selon David Harvey (1989)

régime «fordiste»

Régime d’accumulation multinational marqué par une production et une consommation de masse

Ordre culturel «standardisé», commercial, qui a pour mission d’assurer la correspondance entre la production et la consommation de masse

régime «flexible»

Régime d’accumulation global, plus flexible, caractérisé comme générateur d’innovations, épouse la segmentation des marchés ou les attentes spécifiques des consommateurs, répond aux caractère éphémère des modes

Ordre culturel de l’obsolescence et de la segmentation toujours plus précise des marchés, générant de la diversité et de la fragmentation culturelle

« L’esthétique relativement stable du modernisme fordiste a cédé la place aux vertus effervescentes, instables et fugitives d’une esthétique postmoderne qui célèbre la différence, l’éphémère, le spectacle, la mode et la marchandisation des formes culturelles. »

(David Harvey, 1989)

« [Pour Stuart Hall] la culture de masse globale est porteuse « d’homogénéisation des formes de représentation culturelles », dominée qu’elle est par les technologies, les capitaux, les agents et l’imaginaire des sociétés occidentales. Mais, dans le contexte du capitalisme « post-fordiste », « l’homogénéisation n’est jamais absolue », tant le « pouvoir économique », aussi concentré soit-il, nécessite de vivre « culturellement au travers de la différence », voire de « la prolifération de la différence », pour mieux toucher ses consommateurs (Hall, 1997a, p. 29-31). »

CAS 1 - Le CINÉMA MONDIAL

leQuel de ces pays est le plus important producteur de films ?

Les états-unis, l'inde ou le nigéria ?

HOLLYWOOD

660 films en 2017

L’industrie du cinéma américaine émerge au début du XXe siècle.

C’est de loin la plus importante en termes de revenus : 42G$ en 2018, dont 11,9G$ seulement proviennent des États-Unis. Une grande part de ces revenus est issue des droits d’exploitation des marques reliées aux films populaires, souvent développés dans une logique sérielle ou permettant de décliner un univers en de multiples formats (séries télévisées, jeux vidéo, dessins animés, livres, etc.) et marchandises dérivées.

Aujourd’hui, c’est une industrie très concentrée et organisée autour des grands studios de la Californie : Warner Bros, Disney, 20th Century Fox, Universal Pictures, Paramount et Sony Pictures.

HOLLYWOOD

BOLLYWOOD

+2000 films en 2016

Le cinéma indien émerge dans les années 1990 comme une industrie culturelle soutenue à la fois par la demande locale et internationale, en raison d’une importante disaspora.

Comme le cinéma américain, c’est une industrie qui se décline dans toutes les sphères de la production culturelle et de la marchandisation.

Le cinéma de Bollywood propose un certain genre, une esthétique spécifique misant sur l’excès spectaculaire de chorégraphies, de costumes et de musique. C’est surtout une expérience du cinéma à l’opposée des pratiques occidentales…

BOLLYWOOD

NOLLYWOOD

990 films en 2016

L’industrie cinématographique nigériane émerge au début des années 1990 comme un réseau autogéré d’entreprises de production et de distribution de vidéos.

Nollywood réfère à plusieurs réseaux industriels caractérisés généralement par la langue et les ethnies qui bénéficient d’une diffusion très vaste dans les cinémas, mais aussi dans d’autres lieux publics ou privés, grâce à une large distribution en vidéocassette et dvd.

Les films constituent souvent des « bricolages » en amalgamant des styles et s’appropriant des codes culturels et cinématographiques pour les réinterpréter.

CAS 2 - La K-POP, un nouvel impérialisme culturel ?

hallyu

On peut traduire Hallyu par vague coréenne, et ce terme est utilisé pour nommer un grand nombre de pratiques culturelles coréennes. 

Initialement, il a désigné les programmes de télévision, puis les stars de la chansons pop, mais on l’applique aussi à la culture culinaire coréenne, le tourisme, le sport, la mode, etc. 

k-pop

« L’un des secteurs qui croît le plus rapidement que tous les autres est la K-Pop du 21e siècle, la musique pop coréenne, qui s’étend dans tous les genres musicaux, pop-dance, pop ballades, techno, rock, hip-hop, r&b, etc. D’abord gagnant en popularité en Asie de l’Est, la K-Pop a pénétré le marché japonais de la musique au tournant du 21e siècle et est rapidement passé d’un genre musical à une sous-culture adoptée par les adolescents et les jeunes adultes d’Asie de l’Est et du Sud-Est. 

Actuellement, la diffusion de la K-Pop vers d’autres régions du monde, via la Vague Coréenne (Korean Wave), rejoint toutes les régions du monde. La popularité des chanteurs de K-Pop est principalement fondée sur leurs excellentes habilités vocales, leur présence scénique éblouissante et leurs impeccables performances de danse parfaitement chorégraphiées. Pourtant, même s’ils semblent confortables et charismatiques sur scène, leurs performances sont le résultat de plusieurs années de dur travail plutôt que de leur talent inné. »

une industrie culturelle marchande...

« Le phénomène des vedettes de la K-pop n’est pas complètement étranger aux motifs qui poussent le gouvernement coréen à investir dans les industries culturelles. En effet, le succès la K-pop se définit avant tout par l’image et cette image, ce sont les idoles. Ces derniers sont engagés afin de « prêter leur image » à différentes fins promotionnelles, allant des cosmétiques, à un restaurant de pizza, passant par des voitures, vêtements de sport, filtreur d’eau, compagnie de téléphone, etc. En s’associant ainsi à des produits et services, les consommateurs de K-Pop seraient davantage influencés dans leurs habitudes d’achat, confirmant ainsi qu’être fan, c’est être également consommateur. Par ailleurs, les idoles semblent de plus en plus porter le titre de « représentant de la nation ». En effet, leurs moindres faits et gestes sont scrutés à la loupe, autant positivement que négativement. »

...TRÈS CONCENTRÉE

« Dès le début des années 2000, l’industrie s’est polarisée, ne laissant que quelques grandes compagnies contrôler la presque entièreté de l’industrie musicale, laissant la production de la musique non populaire à seulement quelques artistes ou studios indépendants. À ce jour, la production de K-pop se concentre entre les mains de seulement quelques industries du divertissement, dont le « Big Three » qui représente le rapport de force le plus significatif de l’industrie musicale coréenne. Le fonctionnement de ces compagnies constitue entre autres l’une des particularités propres à l’industrie musicale coréenne. À ce compte, l’homme d’affaires, Lee Soo Man, ayant fondé SM Entertainrnent en 1995, fut l’instigateur d’une nouvelle façon de faire au sein de l’industrie musicale : la fabrication de vedettes  »en laboratoire ». » 

une industrie culturelle payante

« The report titled “Economic Effects of BTS” was released by Hyundai Research Institute (HRI) on Dec. 18. It said the boy group’s annual production inducement effect is estimated at 4.14 trillion won (US$3.67 billion). It also estimated that BTS generates 1.42 trillion won (US$1.26 billion) annually in added value. The institute projected that 796,000 foreigners on average have visited South Korea for BTS-related reasons every year since the group’s debut in 2013. BTS-related exports have totaled US$1.12 billion (1.26 trillion won), including US$233.98 million (264.28 billion won) in clothing and accessories, US$426.64 million (481.89 billion won) in cosmetics and US$456.49 million (515.61 billion won) in foodstuffs, over the same period. In short, BTS is estimated to have been responsible for 7.6 percent of the 10.4 million foreign tourists who visited the country last year and 1.7 percent of consumer exports last year. »

des idoles préfabriquées...

« Le procédé est simple : suite à une distribution de sondages auprès de jeunes adolescentes pour déceler ce qu’elles désiraient chez leurs idoles et leur musique, de nombreuses séries d’auditions seront conduites par une compagnie afin de déceler des candidats qui, d’abord, possèdent certaines habiletés à chanter et danser et, surtout, présentent l’apparence physique recherchée. Par la suite, ces individus sont engagés, par le biais d’un contrat à long terme. L’entreprise voit à les loger- dans des dortoirs très modestes et partagés avec leurs collègues aspirants-vedettes – et à leur fournir une formation rigoureuse de plusieurs années où ils devront apprendre le chant, la danse, le théâtre, une ou deux langues, savoir se conduire en public, apprendre à répondre en entrevue, etc. La grande majorité d’entre eux devront également se soumettre à de multiples procédures de chirurgie esthétique, suivre des diètes très strictes, des routines d’entraînements et des sessions de danse afin d’accéder à un physique parfait selon les critères de beauté… »

(mais à quel prix ?)

... aux idoles synthétiques

« […] l’agence de K-pop SM Entertainment est en fait en train de préparer en grande pompe le lancement d’un tout nouveau groupe de musique, le premier exclusivement composé de membres féminins depuis la création des superstars Red Velvet en 2014. Originalité de l’initiative : les chanteuses, réunies sous le patronyme d’æspa, seront rejointes par des membres entièrement créées numériquement. Plus exactement par leurs propres « équivalents » sous forme d’androïdes.  […] 

Lors du Forum mondial de l’industrie culturelle, qui s’est tenu au mois d’octobre à Séoul, le fondateur de la société Lee Soo-man promettait qu’æspa mettrait en scène « le début du futur du divertissement » : « Le groupe est tout ce dont j’ai rêvé, car il projette un univers futuriste centré sur les célébrités et les avatars, transcendant les frontières entre les mondes réel et virtuel », s’enthousiasmait-il alors.»

SOFT POWER

Soft power : ensemble de mesures douces permettant à une entité politique (pays, nation, communauté, etc.) de coopter du soutien extérieur (culture, sport, diplomatie, échanges, etc)

Hard power : ensemble de mesures fortes permettant à une entité politique d’imposer son pouvoir de coercition sur des ensembles géographiques ou des groupes définis (pouvoir militaire, pouvoir économique).

Différents objectifs du soft power :

1 • Améliorer la sécurité extérieure en projetant des images positives et attractives d’un pays ;

2 • Mobiliser le soutien d’autres nations dans l’établissement de politiques étrangères et sécuritaires ; 

3 • Pour orienter  (manipuler) la façon de penser des populations pays étrangers ;

4 • Maintenir l’unité au sein d’une communauté ou d’une communauté de pays ;

5 • Augmenter la popularité des dirigeants ou des politiques d’un pays.

un soft power qui bouscule le politique

« Chinese authorities have made it clear that they do not approve of K-pop’s representation of men and fears its growing influence in the country. China’s own pop culture development in the past decade follows South Korean entertainment’s aesthetic formula in certain ways: Chinese television stations remake their own versions of popular Korean variety shows, and young Chinese performers flock to Seoul in hope of being signed under a Korean record label. »

une voix diplomatique

« This month, K-pop group BTS accepted the Korea Society’s James A. Van Fleet Award, which recognizes the group’s role in developing goodwill between South Korea and the United States. By all accounts, it was a harmless event focusing on diplomacy. But then band leader Kim Nam-joon, better known as RM, made a comment about the tragedies of the Korean War, saying “we need to always remember the history of pain shared by the two nations, and sacrifices of many men and women.”

This immediately triggered the paranoia of the Chinese propaganda machine, which bizarrely interpreted the remark as an insult because there was no mention of Chinese lives lost during the war. State media flooded Weibo, WeChat and Twitter with misinformation and incited Chinese-nationalist sentiments while denouncing BTS, causing brands such as FILA and Samsung to remove images of the group from their Chinese sites. 

Yet as the dust settles on the spat, it has become increasingly clear that China picked a fight with an enemy it can’t beat.»

un phénomène : les stans...

No One Fights QAnon Like the Global Army of K-Pop Superfans

« K-pop stans have. Stan culture takes its name from the titular character in an old Eminem song about a psychotically obsessed fan. Often, stanning means pumping up YouTube view counts on new music videos or voting for a band in numbers high enough to crash whichever website is soliciting votes for an award. Other times, it can cross the line into group harassment of a preferred celeb’s perceived enemies. When that happens, it can feel to targets like they’re being trolled by QAnon—ask anyone who’s crossed the Beyhive or the Swifties and lived to post about it »

... diversifié, politisé, mais pas nécessaireent engagé

TikTok teens and K-pop stans don’t belong to the “resistance”

« Yes, many younger people, including K-pop fans and TikTok teens, are using the internet to be heard; and yes, they are also engaged in meaningful activism that deserves attention and respect. But it is simultaneously true that not every K-pop fan is anti-Trump, that even those who are protesting today may not protest tomorrow, and that the same strategies used for non-harmful protest have also been deployed by—and within—these same communities to hurt people, including or especially minorities. »

La place qu’a pris l’Asie dans les rapports commerciaux et culturels mondiaux est indéniable et l’influence de cette région du monde va croissante dans l’échiquier international.

Les États-Unis n’ont, du reste, rien perdu de leur puissance culturelle et commerciale, même si les crises qui affectent l’économie, les médias, notamment, s’accumulent. 

Entre le libéralisme américain qui montre ses limites, le pouvoir considérable de la Chine sur sa population et sur un nombre grandissant de pays du monde, et le contrôle de la Russie et de combien d’autres États autoritaires, sommes-nous entrés dans un nouvel équilibre mondial?